La passion et l’envie d’entreprendre ont conduit Perrine Lipari à créer sa marque de bijoux éponyme dès la fin de ses études. Depuis un an, la créatrice étoffe son univers dans une déclinaison de créations contemporaines en métal.

Formée à l’AFEDAP, école de bijouterie contemporaine parisienne et forte de plusieurs stages dans de grandes maisons de bijouterie, c’est à peine son diplôme obtenu que Perrine se lance à son compte. « Au delà de mon caractère indépendant, j’ai su depuis toute petite que c’était la création qui m’animait. C’était donc comme une évidence pour moi de lancer ma marque et de proposer mon propre univers. » nous raconte la créatrice. Un univers riche qu’elle a développé autour d’inspirations diverses. Une inspiration naturaliste d’abord qui marque nombre de ses créations évoquant des végétaux et plus particulièrement des plantes tropicales mais aussi une inspiration plus lunaire déclinée autour de bijoux qui se font les échos d’objets célestes.

La diversité des inspirations de Perrine est à l’image de son tempérament de créatrice désordonnée, au sens étymologique du terme. C’est sans s’enfermer dans un ordre établi que la créatrice pense et développe son univers. Elle réalise ses pièces au gré de ses envies sans chercher de thème particulier et c’est d’ailleurs pour cela que ses pièces ne fonctionnent pas en collections. « Je crée mes pièces au jour le jour et c’est a posteriori que je regarde si des connexions s’établissent entre mes pièces ou non. C’est ainsi qu’une collection va naître ou qu’une pièce va se retrouver indépendante de toute collection. » Cette liberté que prend la bijoutière lui permet de revenir sur une collection un an plus tard pour l’étoffer sans être soumise à l’obsolescence d’une saison. Rien n’est ainsi figé dans ses créations qui reflètent l’essence même du bijou selon Perrine : « Je pense que les bijoux ne devraient pas être soumis à une saisonnalité. Je conçois mes pièces comme des bijoux intemporels, qui durent dans le temps, qu’on peut porter indifféremment aujourd’hui ou demain et qu’on peut garder toute une vie. »  C’est pourquoi la créatrice s’attache à nous proposer des pièces précieuses, réalisées en laiton qui sont ensuite plaquées or ou dorées à l’or fin chez un doreur parisien.

Perrine réalise toutes ses pièces à la main selon des techniques de bijouterietraditionnelles : scier, limer, fraiser, souder, chaque étape est parfaitement maîtrisée par la créatrice qui est fascinée par le travail du métal. « C’est une matière très difficile de travailler au départ, il faut vraiment savoir l’apprivoiser. Une fois apprivoisé, le métal offre une multitude de possibilités et c’est extrêmement agréable de le travailler. » Perrine apprécie particulièrement la phase de sciage car elle considère la scie comme un réel outil graphique. « Je ne passe jamais par une phase de dessin car le sciage est déjà une phase de dessin pour moi. Scier, c’est dessiner dans le métal. » nous explique-t-elle. Le sciage est donc la première étape de son processus de fabrication qui s’achève avec le travail au chalumeau, une étape clé pour la créatrice. C’est à l’aide du chalumeau que les différents éléments sont soudés entre eux, c’est donc à ce moment là que l’on voit apparaître la pièce finale, un moment aussi crucial qu’excitant pour Perrine.

« Le chalumeau permet de chauffer le métal à de très hautes températures, sa puissance en fait un réel acteur de la création. » nous précise Perrine avant de nous raconter une anecdote sur cet outil qui a contribué à faire naître l’une de ses (et de nos !) pièces coup de cœur : la collection Météore, une collection de bagues ouvertes dont le design ressemble à s’y méprendre à une météorite. Cette collection est en effet née d’un accident. « J’ai trop chauffé le métal qui a alors pris une texture granuleuse. À partir de là j’ai pu créer de jolis accidents. Les pièces me faisaient vraiment penser à des météorites et comme ce sont des bagues ouvertes, on a l’impression qu’elles flottent au dessus du doigt. » Par son histoire, cette collection touche particulièrement Perrine car il lui tient à cœur que le métal puisse intervenir dans la création et la surprendre.

Le travail conjoint du créateur, de la matière et du feu mettent à l’honneur l’intervention d’un hasard poétique que Perrine valorise dans des créations esthétiques que nous vous invitons à découvrir.