Manora a rencontré Ngan, la créatrice de la marque de bijoux Unfold. La synesthésie est au cœur de ses créations minimalistes et délicates réalisées à la main dans son atelier en Ile de France.

Formée en design textile à Olivier de Serres, Ngan se rend rapidement compte qu’elle souhaite être indépendante et donner forme au tissu dans un univers qui lui est propre. Elle commence ainsi par développer sa marque de vêtements jusqu’à il y a deux ans où une rencontre fait tout basculer. Cette rencontre c’est une rencontre avec un bijou. « Je l’ai vu au cou d’une fille, il était tout simplement beau, très simple, délicat et j’ai eu un déclic, c’était dans le bijou que je souhaitais exprimer ma créativité. » nous raconte-t-elle. Elle complète donc sa formation par un CAP bijouterie et crée la marque Unfold.

Bague en laiton plaquée or couleur champagneEn anglais unfold a de nombreux sens : se déployer, ouvrir, s’épanouir ou encore se révéler, ces différents sens convergent tous vers l’état d’esprit de la créatrice au moment où elle crée sa marque. « Pour moi Unfold, c’est l’ouverture de soi, l’ouverture d’esprit, s’ouvrir au monde et à des possibilités de créations que je ne soupçonnais pas jusqu’alors. C’est un mot qui a lui seul englobait tout ce dont j’avais envie au moment où j’ai lancé ma marque. » nous explique Ngan.

L’univers de Ngan est très complet et en même temps assez complexe. Les inspirations de la créatrice ne connaissent en effet aucune limite, elles vont du visible à l’invisible, du réel à l’imaginaire, de l’urbain à la nature, de la peinture à la musique. Sa première collection s’inspirait par exemple du travail de Dan Flavin, un artiste américain connu pour ses impressionnantes structures en néon fluorescent. Ngan cherchait alors à retranscrire dans ses pièces la luminosité, la linéarité et presque la perfection caractéristique du travail de l’artiste dans des bijoux très épurés et minimalistes. Libérée des contraintes techniques grâce à l’obtention de son CAP bijouterie, la créatrice s’ouvre ensuite à de nouveaux horizons créatifs. Elle mobilise également sa formation textile pour penser ses pièces comme des motifs. « En design textile, on apprend à aller à l’essentiel, à observer ce qui nous entoure puis à le synthétiser dans un unique motif qui exprime tout ce que l’on voit. » Cette démarche est particulièrement marquée dans sa dernière collection inspirée du végétal. Lorsque Ngan regarde une feuille, elle observe absolument tout : comment la feuille prend la lumière, comment elle se forme, comment elle tombe, jusqu’au bruit qu’elle fait lorsque le vent la fait frémir. Chaque élément est ensuite représenté d’une façon ou d’une autre dans la création de Ngan. L’univers de Ngan ne cesse ainsi jamais de s’étoffer car tout, ne serait que la ligne architecturale d’un bâtiment vu au coin d’une rue, peut inspirer la créatrice. Dernièrement, celle-ci a renoué avec l’artiste František Kupka, un peintre tchèque figurant parmi les pères de l’abstraction. Elle s’oriente ainsi pour la suite vers des créations plus organiques dans une volonté de rendre hommage à ce peintre qu’elle adore.

La richesse du travail de Ngan gravite et s’unie néanmoins autour d’une démarche singulière propre à cette nouvelle génération d’artisans dont la production est devenue artistique : la création est un processus et c’est en créant que l’on donne une existence à la création. Vous ne trouverez donc pas de carnets de croquis dans l’atelier de Ngan dont les créations se caractérisent avant tout par l’instinct. C’est dans l’exploitation de la matière, dans son sentiment et sa sensation au contact de celle-ci que l’objet fini commence à prendre forme dans son esprit, se précisant de plus en plus au fur et à mesure que la production avance.

Respectant son envie de nous proposer des bijoux délicats, Ngan a choisi le laiton plaqué or champagne pour ses créations. Ce plaquage très doux imprègne chaque pièce d’élégance et de finesse. Lorsqu’elle travaille le laiton, la créatrice commence par découper des feuilles de métal au bocfil, une scie munie de lames extrêmement fines. La technique du martelage est également très présente dans son travail. La créatrice ne cherche pas à créer de la régularité dans les motifs martelés, utilisant son marteau dans différents sens pour obtenir au contraire des formes et des effets variés. S’en suivent les traditionnelles étapes d’assemblage, de soudure, de montage pour transformer une feuille de métal en un bijou d’exception.

Nous quittons Ngan sur un dernier mot plus global sur l’artisanat, un message qui lui tient à cœur. « J’ai le sentiment que plein de choses arrivent avec la nouvelle génération d’artisans qui développent l’univers de la création. Le travail de la main est de plus en plus valorisé tant du côté des clients que du côté des artisans qui ont intégré une réelle production artistique dans l’artisanat. » Un discours en adéquation totale avec la vision et l’ambition de l’équipe de Manora qui vous invite sans plus attendre à découvrir les créations de cette bijoutière sensible et généreuse !