Manora a eu la chance de rencontrer Myriam, une artisan créatrice de bijoux qui travaille… le verre ! Son projet est aussi clair qu’ambitieux : sublimer les femmes.

Myriam Hubert, artisan créatrice de bijoux en verre

Depuis toute petite, Myriam met ses mains au service de la création. Déjà alors, elle est fascinée par le verre vitrail. Son aspect historique et sa présence dans des édifices aussi imposants qu’importants – notamment les lieux de culte – exercent sur elle un charme envoûtant.

Issue d’une famille d’entrepreneurs, c’est avec les encouragements et la bienveillance de son entourage qu’elle se lance à son compte. Et c’est animée par l’envie de vivre sa propre aventure en développant un projet de A à Z qu’elle crée ZAM-Créations, un nom dont les sonorités font simultanément écho à son prénom et à la mosaïque qu’elle souhaite mettre en valeur dans son travail.

Ce qui compte pour Myriam, c’est de se servir de ses mains, de jouer avec la matière et les couleurs pour donner corps à ses idées. Des idées de plus en plus liées à son autre passion : le bijou. « Si le verre est utilisé pour parer des édifices de vitraux majestueux, pourquoi ne pas aussi s’en servir pour créer des pièces pour les femmes ? Elles le méritent bien aussi ! » nous confie Myriam pour raconter l’histoire de sa marque construite autour de ses deux domaines de prédilection, le bijou et le verre vitrail, au service d’une ambition : sublimer les femmes.

Si le verre est utilisé pour parer des édifices de vitraux majestueux, pourquoi ne pas aussi s’en servir pour créer des pièces pour les femmes ? Elles le méritent bien aussi !

Pour réaliser ses créations, Myriam a appris à maîtriser la technique du verre vitrail tiffany. Elle imagine d’abord un modèle, le dessine, puis réalise des prototypes avec le verre pour travailler le calibrage. Le travail du verre est en effet très exigeant et demande de nombreux tests car « c’est le verre qui impose une forme, qui donne corps au collier, et non l’inverse. La forme du bijou est imposée et doit être conçue pour épouser le buste de la femme. » Réaliser des créations en verre signifie donc être capable de jongler entre son idée de départ, ses envies et les contraintes intrinsèques de la matière.

Le verre, teinté par des oxydes de métaux, est récupéré par Myriam sous forme de plaques qui ont déjà été soufflées par des artisans spécialisés. Elle se charge ensuite de le découper, de le meuler (c’est à dire de le poncer) et de le sertir. Pour réaliser les soudures, Myriam utilise de l’étain de bijoutier sans aucune contenance en plomb : contrairement aux idées reçues, il est possible de travailler le vitrail sans plomb et c’est le choix que fait la créatrice.

Mais pour mettre en valeur le travail du verre, Myriam cherchait une matière à laquelle l’associer. Une matière qui puisse valoriser le verre tout en en supportant ses contraintes techniques. Après plusieurs essais, c’est le liège qui lui apparaît comme une évidence. Léger, imperméable et résistant, il est aussi porteur de nombreux messages. Il évoque la nature pour les unes, l’ethnicité pour d’autres ou encore la simple pureté du bois. « Les femmes ont des perceptions très différentes et personnelles de cette association entre le liège et le verre, c’est aussi cette liberté dans l’interprétation qui me plait. »

Collier DIVINA, boucles ASSIA et bracelet SPIRIT portés copie

Les femmes sont en effet au cœur de la démarche de Myriam et de ses inspirations. Elle s’inspire notamment des femmes engagées, des femmes qui ont mené des combats et « qui ont des attitudes pleines de dignité. » De la Grèce et l’Égypte antique jusqu’à aujourd’hui, elle est à la recherche de ces femmes connues et moins connues qui nous inspirent : Néfertiti, Cléopâtre ou encore Waris Dirie (écrivain et mannequin somalienne qui a également été ambassadrice à l’ONU) sont les sujets de ses recherches en profondeur pour créer des pièces inspirantes.

Des pièces qu’elle ne nomme d’ailleurs pas au hasard. Les bijoux de ZAM-Créations sont des « parures de caractère » louant la fierté d’être femme. Mais Myriam tient à préciser : « je n’appelle pas caractère une quelconque forme de charisme. Le caractère peut aussi être dans la discrétion par exemple. Mes parures s’adressent à toutes les femmes et peuvent aussi être portées de façon très simples. »

Pour conclure notre rencontre, Myriam nous a présenté le collier Divina qu’elle considère comme la pièce maîtresse de ses créations. Inspirée par Cléopâtre, la créatrice rêvait de réaliser une pièce portant toute la majesté de ce personnage tout en l’adaptant à la vie contemporaine. Le design fait ainsi penser aux pièces ornementales antiques mais le verre y apporte un côté plus frais car il permet à la lumière de s’y refléter pour illuminer la femme et souligner sa prestance.

L’équipe de Manora est très heureuse de travailler avec une créatrice aussi talentueuse qui porte des messages forts et qui bénéficie par ailleurs déjà du label Ateliers d’art de France et est lauréate 2017 de la Fondation d’entreprise EY pour les métiers manuels !