Marthe Cresson a créé sa marque éponyme de bijoux en verre et métal autour de deux amours : celui de la matière et celui de la surprise.

Découvrez ses créations

Avant de se tourner vers la bijouterie, Marthe suit une formation de designer produit où elle découvre les procédés industriels, des procédés qu’elle trouvera plus tard intéressant d’amener dans l’univers de l’artisanat. Elle fait ensuite ses études en école de bijouterie où elle s’épanouit dans l’expérimentation et la liberté créative.

C’est lors de son projet de fin d’étude que Marthe découvre le verre et c’est un véritable coup de foudre. En effet, aventureuse dans l’âme, Marthe aime laisser de la place à l’aléatoire dans la création. Son projet s’est ainsi articulé autour de la problématique suivante : comment maîtriser la création tout en se laissant surprendre par la matière ?

Un projet ambitieux dans lequel le verre joue le rôle principal et exerce une réelle fascination sur la créatrice qui, au-delà d’un projet d’étude, décide d’en faire un projet professionnel, donnant ainsi naissance à sa marque éponyme de bijoux en verre. Marthe se met alors à dessiner et fabriquer ses bijoux dans son atelier parisien. « Le verre est un matériau magique. Il permet de faire des bijoux d’une grande délicatesse. J’adore aussi le côté épuré et discret du verre qui peut soudainement être mis en avant grâce à un effet de lumière. », nous raconte la créatrice. « Le verre peut sembler fragile mais dans sa production, il s’avère résistant. Par exemple, lorsque vous avez une bille en verre, elle ne va pas se casser.» , complète Marthe, attachée à la création de pièces pérennes dans le temps.

Dans un premier temps, Marthe fabrique une structure en cuivre dans son atelier de bijouterie traditionnel. À partir d’un simple fil de cuivre, elle crée une forme épurée et résistante qui va s’intégrer au verre pour obtenir la pièce finale. Elle travaille ensuite main dans la main avec une souffleuse de verre qui va souffler une bulle de verre dans la structure en métal. À chaque fois que le verre est soufflé, c’est une nouvelle rencontre. Le verre soufflé prend de plus en plus de place, entre dans la structure en métal, déborde et prend une forme particulière du fait de la contrainte imposée par le cuivre. C’est cette dualité, entre la contrainte métallique et l’irréductible liberté du verre, qui fait de chaque création une pièce unique. « Lorsque le verre entre en fusion, on a beau maîtrisé son savoir-faire, il y a un moment où c’est le verre qui décide. Je trouve ça absolument fascinant. », nous confie Marthe.

À l’image de l’attrait de la créatrice pour l’aléa, ses inspirations suivent les mêmes chemins sinueux. « Je vais m’inspirer de procédés techniques, de phénomènes mécaniques, même de recettes de cuisine. Ce que j’aime, c’est aller très loin, sortir du bijou pour me laisser surprendre par ce que je vais découvrir. » Marthe a ainsi régulièrement recours à l’expérimentation pour mettre en forme ses diverses inspirations. Elle va soumettre la matière à de nombreux tests afin de pouvoir emmener son idée au plus loin, jusqu’à la rencontre d’une limite technique.

Les bijoux de Marthe Cresson s’offrent ainsi à nous comme des sculptures à porter sur soi qui mettent en exergue le matériau dans ses caractéristiques physiques et esthétiques.

Portrait de Marthe Cresson, créatrice de bijoux